Est-il prudent de réparer un pare choc après une collision avec ouverture d’airbag ?

Publié le : 22 janvier 20225 mins de lecture

Le pare-chocs fait partie des éléments les plus indispensables constituant la carrosserie d’un véhicule. Il garantit généralement votre sécurité ainsi que celle des autres conducteurs en cas d’accrochage avec d’importants dégâts. Pour une collision avec ouverture d’airbag, des dispositions de réparation s’avèrent nécessaires. Cela maintiendra l’état de votre carrosserie. Ainsi, le pare-chocs pourra continuer à assurer son rôle. 

Découvrez comment et pourquoi réparer votre pare-choc suite à une collision !

Pare-chocs, un bouclier protecteur

Afin de constater la vraie utilité de sa réparation après un accident avec ouverture d’airbag, il convient d’abord de comprendre le rôle pare chocs. Cette pièce de carrosserie est placée aux extrémités avant et arrière du véhicule. Il s’agit du boulier protecteur des passagers et du conducteur au cas où la voiture se heurterait à une autre ou à une infrastructure publique en route. La loi édicte que tous les véhicules en circulation doivent disposer d’un pare-chocs en bon état. Après un incident, il convient de réparer votre pare-chocs avant de vous remettre au volant de votre voiture comme d’habitude. 

Cela vous évitera les éventuels litiges avec les policiers de la route. Une voiture dépourvue de ce bouclier externe sera plus encline à être fortement endommagée à la prochaine collision. Ainsi, un véhicule présentera une défaillance conséquente si son pare-chocs n’est pas réparé. Afin de réaliser les réparations, songez à vérifier que les pièces que vous allez utiliser s’adaptent à votre contrat d’assurance. 

Comment réparer son pare-chocs après une forte collision ?

Comme le pare-chocs est le premier point de contact entre vous et un obstacle, il sera également le premier à être endommagé en cas de collision avec déclenchement d’airbag. Pour que ce dernier s’ouvre, la vitesse d’impact doit être au minimum entre 15 et 30 km/h pour une charge frontale et de 15 à 25 km/h pour une latérale. Cette caractéristique varie notamment en fonction du système mis en place dans le véhicule. Vous constaterez qu’après une collision avec ce genre d’allure, des réparations s’imposent !

Le pare-chocs doit être nettoyé et dégraissé avant d’entamer les travaux nécessaires. Un pare-chocs se répare généralement avec du mastic ainsi que du polyester. Ce dernier sert à combler les trous puis les parties irrégulières sont corrigées avec le mastic. Cela nécessite notamment l’intervention d’un professionnel. Afin de maintenir votre sécurité au volant, il est important de bien effectuer le retapage de votre pare-chocs. Vérifiez que chaque couche se sèche et se polymérise avant qu’une nouvelle ne soit appliquée. 

Réparer le pare-chocs au lieu de le remplacer, oui, mais pourquoi ?

Si vous avez roulé en dessous de la vitesse maximale qui déclenche le mécanisme de déploiement de l’airbag en cas de collision, vous pouvez tout à fait réaliser une réparation pare-chocs. En effet, il est financièrement prudent de réparer la partie de carrosserie endommagée au lieu de la remplacer. Cela serait moins coûteux puisqu’en plus d’acheter le nouveau pare-chocs, il est fréquent que ce dernier requière une nouvelle peinture. Repeindre la pièce constituera des frais supplémentaires. L’économie ainsi réalisée se présentera entre 30 et 60 % de moins qu’un remplacement. De plus, la réparation réduit le délai d’immobilisation de votre véhicule. 

S’approvisionner en pièces de carrosserie de rechange peut prendre plus de temps. À contrario, les travaux de réparation peuvent débuter une fois que votre voiture est déposée à l’atelier de votre choix. Vous pourrez retourner à vos occupations en un rien de temps. De plus, vous participerez au développement durable, car la réparation s’avère plus écoresponsable que le remplacement. La fabrication de pièces de voiture est énergivore et nécessite des matières premières. Les réparations limitent ainsi ces différents effets néfastes sur l’environnement.

Plan du site